L’argentique


LE DÉPART




Ayant commencé par l'argentique il y a bien des années, c'est tout naturellement que je ne souhaite pas abandonner cette pratique qui me procure un grand plaisir. L'argentique a encore sa place tout comme le vinyl. Le côté vintage des appareils photos accentue l'envie de les utiliser. Avec l'arrivée du numérique, des appareils photos argentiques qui furent réserver uniquement à un usage professionnel dans le passé sont maintenant devenus accessibles à qui souhaite s'aventurer à la photographie de base. Je parle de "photographie de base" car peu d'options sont offertes par ces appareils photos. Il est nécessaire de connaître la théorie de la photographie : L'ouverture, La vitesse et les ISO. Sans la maitrise de ces éléments fondamentaux, il serait difficile de prendre des photos avec des appareils dépourvus de mode automatique. 

LE MATÉRIEL



Pour ma part, j'utilise 3 types d'appareil photo :

- Un minolta XD7 (24x36mm)

- Un Minolta Autocord (6x6)

- Un Mamyia 645 pro (4.5x6)

Chacun de ces appareils présentent des caractéristiques propres et j'en reparlerai plus tard. 

 

 

L'argentique de nos jours ?



C'est une question légitime et au combien pertinente. La réponse pourrait se focaliser uniquement autour de l'aspect financier d'une telle pratique. Mais en fait, en tant que photographe professionnel, je suis confronté à un problème auquel l'argentique ne peut plus répondre : La livraison des photos dans les plus brefs délais. Alors pour remédier à ce problème, je pratique la photographie argentique la plupart du temps pour faire perdurer ma passion de rester connecté à cette ancienne pratique. Il m'arrive parfois de réaliser des portraits professionnels mais cela reste assez rare malheureusement.